Les particules ou poussières en suspension (PM)

On distingue :

-       les particules primaires, directement émises dans l’atmosphère. Elles sont majoritairement issues de toutes les combustions incomplètes liées aux activités industrielles ou domestiques, ainsi qu’aux transports. Elles sont aussi émises par l’agriculture (épandage, travail du sol, etc). Elles peuvent également être d’origine naturelle (érosion des sols, pollens, feux de biomasse, etc.).

-       les particules secondaires, formées dans l’atmosphère suite à des réactions physico-chimiques pouvant impliquer le dioxyde de soufre (SO2), les oxydes d’azote (NOx) ou les composés organiques volatils (COV), voire des particules primaires.

 

Les particules sont classées en fonction de leur taille :

-       PM10: particules de diamètre inférieur à 10 micromètres. Elles sont retenues au niveau du nez et des voies aériennes supérieures ;

-       PM2.5: particules de diamètre inférieur à 2,5 micromètres. Elles pénètrent profondément dans l’appareil respiratoire jusqu’aux alvéoles pulmonaires et peuvent passer dans la circulation sanguine.

-       PM1particules de diamètre inférieur à 1 micromètre. Les particules PM1 ont une propension à pénétrer profondément dans l’organisme et à aller jusqu’à l’échange alvéoles pulmonaire/sang.

Les particules sont particulièrement nocives pour la santé. Elles provoquent des irritations et des problèmes respiratoires chez les personnes sensibles et sont associées à une augmentation de la mortalité (affections respiratoires, maladies cardiovasculaires, cancers…). Par ailleurs, elles sont responsables des salissures présentes sur les bâtiments et monuments.

Dans le cadre du projet MUSE, vous pourrez suivre la concentration en PM10 (données fournies par AIR PACA) vis l’application BREATHE Up.

Recommandations concernant les valeurs en PM10 :

Objectif de qualité 30 μg/m³

Seuil d’information et de recommandation 50 μg/m³ 

Seuil d'alerte 80 μg/m³